Tourisme

Petit village situé sur les bords de l'Yonne, en lisière de la forêt de Frétoy et du chef lieu de canton, d'une superficie de 990 ha, à une altitude de 141 m et qui compte une population de 391 habitants, répartis entre le bourg et ses deux hameaux, Misery et le Paumier.

Historique

Il existe à Crain, une colline désignée sous le nom de Thureau, en patois "Theuriau", sur la pente de laquelle est établi le cimetière communal. Si l'on admet, comme M. Vathaire de Guerchy, dans le bulletin de 1936 de la Société des Sciences de l'Yonne, que ce mot Thureau vient du mot celtique "Thul" ou montagne, ce lieu a été fréquenté par nos ancêtres à une période très ancienne et antérieure à la colonisation romaine qui est à l'origine de Coulanges sur Yonne, le chef-lieu de canton voisin. On a d'ailleurs retrouvé au lieu-dit "Le Laitier" de lourdes scories de l'époque gauloise. Puis au plan cadastral figure le "Theurialon", en patois "petit theuriau", c'st à dire petit thureau.

En 1897, furent explorés, dans une propriété, deux amas de pierres, non loin du Paumier et de Misery, sur les confins du territoire de Merry sur Yonne. Les objets trouvés qui ont été donnés au Musée d'Auxerre par M. Goyard, prouvent que l'on avait à faire à des tumulus ayant servi de sépulture de la plus haute antiquité de l'histoire de la Gaule; ces amas de pierres sont connus sous le nom de Tumulus de Misery et renfermaient 1 fragment de collier ou Torque, 3 fibules à ressort, 2 anneaux de boucle à ardillon, 1 petit crochet.

Sur la carte du municipe d'Auxerre au IIIème siècle, figure rive gauche de l'Yonne, près de Colonix (Coulanges sur Yonne) et de Festiniacus (Festigny), Vicus Crinsensis ou Crain.

Saint Germain, ordonné évêque d'Auxerre en 418, employa ses premières années d'épiscolat en fondations pieuses et à la formation de disciples qui se sanctifièrent dans la cléritude. Parmi eux, il faut retenir Saint Urcisin de Bourges ou Saint Ursin. Saint Ursin avait été enlevé par Saint Germain. La tradition transmet qu'il serait né au Paumier (vers l'an 391), et que son cercueil était dans la crypte étroite de l'église de Crain avec ceux de Saint Détermine et de Saint Langueur, les reliques en étaient conservées dans une châsse spéciale.

Le pays de Crain, qualifié alors de Vicus, était un petit chef-lieu.

D'autres fouilles ont montré l'importance de cette localité alors que Coulanges n'était qu'une colonie de cultivateurs attachés au sol. Des traces de constructions antiques ont été rencontrées aux environs de la Maison-Blanche. Vers 1860, dans un puits sur le bord de la route de Crain à Misery, on a recueilli des débris de statues, des fragments d'ornements, déposés au musée d'Auxerre. M. Quantin a trouvé une statue de Gallo-Romain, dans une espèce de niche, et il conclut de tout cela qu'il y avait à Crain un temple païen considérable avec des édicules dédiés à des dieux secondaires; un buste de Minerve, une inscription que portait la statue précédente ont permis de déduire que le temple de Crain était dédié à la déesse belliqueuse et savante.

Curiosités

Le château de la Maison-Blanche XVIIème siècle.
Deux tours carrées du XVIème siècle.
Le château de la Maison-Blanche était la demeure du Huguenot Jacques de Loron, qui participera au pillage d'Auxerre en 1567. La tradition veut que dans le château se trouvent encore les trésors de l'abbaye de Saint Germain d'Auxerre qu'il avait transportés.

L'église Saint-Etienne
Nef unique de la fin du XVème siècle, voûtée; choeur ogival du XIIèmesiècle; crypte des Saint Ursin, Langueur et Détermine; chevet droit percé de trois fenêtres cintrées; portail de la fin du XVème siècle; clocher moderne; bénitier du XVIème siècle, classé.

La ferme de Misery
Ferme modèle napoléonienne.


Retour haut de page